Oliver – un atout de taille

Oliver – un atout de taille

Il a terminé son apprentissage de constructeur de fondations avec un 6 tout rond et est déjà à mi-chemin de sa formation de conducteur de travaux. Oliver Zehnder est engagé par Marti AG dans les fonctions les plus diverses.

Oliver Zehnder, 26 ans, originaire d’Urdorf / ZH, est un homme très occupé : après avoir terminé son apprentissage de constructeur de fondations avec la meilleure note de 6.0, il a commencé en octobre la formation de conducteur de travaux, à Zurich. « Cette formation dure un an et demi », raconte Oliver. « Comme il s’agit d’un cours technique, je dois bien maîtriser l’allemand et l’anglais ». Les langues ne sont pas son point fort, avoue-t-il, raison pour laquelle, des prochaines années, il suivra non seulement l’école de conducteur de travaux chaque vendredi soir et samedi, mais aussi des cours d’anglais le mercredi soir. « Heureusement, j’ai aussi été à l’école durant mon apprentissage de constructeur de fondations, ce qui m’a permis de me réhabituer à rester assis en classe », nous confie-t-il en riant. Ce mécanicien en machines de chantier qualifié avait déjà travaillé quatre ans dans son métier d’origine avant d’opter pour un apprentissage dans la construction de fondations : « Chez Richi AG, où j’ai fait mon apprentissage de mécanicien en machines de chantier et où j’ai également pu travailler après celui-ci, j’avais beaucoup de liberté. C’était une période passionnante, durant laquelle à peu près tout, de la voiture au camion et de la grue à la foreuse, est passé entre mes mains. » Et ce sont justement ces foreuses qui ont attiré l’attention d’Oliver sur le métier de constructeur de fondations. « En tant que mécanicien en machines de chantier, il n’y a pas beaucoup de possibilités de promotion », précise ce professionnel ambitieux. Et d’ajouter en riant, qu’il revenait chaque soir tellement sale et plein d’huile que la machine à laver de sa mère est devenue noir. « Les voisins dans notre immeuble n’étaient bien sûr pas particulièrement ravis non plus. »

Oliver

Hockey et bûcher le dimanche
A 24 ans, Olivier a décidé de faire un deuxième apprentissage de constructeur de fondations. Ce fils d’un entrepreneur avec sa propre entreprise de construction voulait progresser et a pu choisir parmi quatre entreprises formatrices : « Lorsque je me suis présenté chez Marti AG, à Zurich, j’ai tout de suit su : ça colle. » Non seulement l’équipe lui a plu, mais aussi la région de travail : Marti AG travaille principalement en Suisse alémanique. A côté de son travail à plein temps, son perfectionnement comme conducteur de travaux et les cours d’anglais, Oliver est très actif dans le club de gymnastique. Chaque mardi et jeudi soir, il entraîne les jeunes et fait partie des responsables de la ligue active. « Je suis au comité de l’association et participerai à l’heptathlon, lors de la prochaine fête de la gym, ainsi qu’à la fête de la gym de la section, avec mon groupe. » A côté du travail, de l’école et de la gymnastique, il ne lui reste donc que le lundi soir et le dimanche pour se reposer. Mais est-ce vraiment le cas ? « Le dimanche soir, je joue au hockey », rigole-t-il. Et la journée, il revoit ses leçons. « L’école et la révision des cours ne me posent pas de problème. De nombreux collègues suivent également un perfectionnement et doivent eux aussi bûcher. C’est motivant. » De plus, Oliver a quitté le domicile familial l’automne dernier et a désormais son propre appartement. Et donc encore un ménage à entretenir ? « Comme je ne suis pas très souvent à la maison, il n’y a pas trop à nettoyer, ce qui me va bien », ajoute-t-il en riant.

Oliver 2

Avec l’aide de Youtube
Oliver fait partie d’une fratrie de trois frères qui ont tous grandi sur les chantiers. « Mes deux frères ont tous deux fait un apprentissage de maçon et travaillent dans l’entreprise de construction de mon père. » Et d’où vient sa grande ambition ? « Mon grand-père n’était pas dans la construction ; il a travaillé chez Siemens. Mais il avait aussi de l’ambition et a fait du chemin. » Pour Oliver, le plus important est de ne pas s’arrêter. La construction de fondations est, pour lui, un domaine passionnant, dans lequel il lui reste encore beaucoup à apprendre et découvrir. C’est là qu’Oliver voit son avenir : « Dans ce secteur, j’ai rapidement de grandes responsabilités. Le travail me plaît beaucoup et nous sommes une excellente équipe. » Et d’une manière générale, le travail d’équipe joue un grand rôle : « Nous sommes presque une famille. Comme nous travaillons toujours par groupes de trois ou quatre, la collaboration doit parfaitement fonctionner. » Cela plaît au jeune professionnel de 26 ans : « Je m’entends bien avec tout le monde. Des fois je suis contremaître, d’autres fois chef d’équipe ou conducteur de travaux, et parfois simple ouvrier – en fonction d’où on a besoin de moi. » Oliver a de l’ambition et veut progresser. Pour préparer son examen de fin d’apprentissage, il a visionné toute une série de vidéos sur Youtube et recherché des informations supplémentaires dans des magazines et chez des constructeurs de machines : « Il y a tellement de machines différentes ; à l’école, nous n’en avons vu qu’une petite fraction. » Voici donc comment on s’y prend, lorsqu’on veut terminer son apprentissage avec un 6 tout rond.

B. Magazin