1

L’apprenti sur le méga-chantier

De nombreux apprentis travaillent sur le chantier géant de la Seetalplatz. Par exemple Noel Heinzer, de Walo Bertschinger SA. Il est apprenti constructeur de routes en 2ème année.

Comment garde-t-on la vue d’ensemble d’un aussi grand chantier ?
Je travaille sur ce chantier depuis quatre semaines. Mais je n’ai pas la vue d’ensemble. Je me concentre sur le travail qui m’est confié. Nous sommes en train de poser les bordures et le revêtement. Parallèlement, nous mettons en place des conduites industrielles et des blocs de tubes pour l’éclairage.

Qu’est-ce que ça te fait de travailler sur tel chantier ?
Travailler sur un aussi grand chantier a clairement des avantages. La direction des travaux est sur place, ce qui simplifie bien des choses. D’un autre côté, cette grande taille peut aussi s’avérer fatigante. Les déplacements sont importants – on fait des kilomètres – et la pression des délais est élevée. Mais je m’en sors assez bien. De temps en temps, je travaille également sur d’autres chantiers. J’aime bien ce changement.

Comment es-tu arrivé à la construction de routes et quels sont tes projets pour l’avenir ?
Pour moi, il était clair que je voulais travailler dans la construction. J’ai commencé par m’intéresser au métier de maçon. Mon contremaître actuel est un ami de la famille. Il m’a encouragé à faire un stage chez Walo Bertschinger comme constructeur de routes. Cette expérience m’a beaucoup plu. Je trouve la construction de routes beaucoup plus variée que le bâtiment. Après mon apprentissage, j’aimerais faire l’école de contremaître et peut-être, plus tard, devenir conducteur de travaux.

(Die Textwerkstatt | B. Magazin | Inter-Translation SA)