1

Mieux vaut avoir le pied marin

Il y a encore un an, il aurait fallu se frayer un passage à la machette pour atteindre la rive à Wädenswil. Aujourd’hui, on peut même marcher sur l’eau. Grâce au nouveau sentier des berges.

Depuis un an, le Giessen, la péninsule près de Wädenswil, sur le lac de Zurich, est devenu le second domicile de Guido Rüetschi. Ce dernier est contremaître chez Walo Bertschinger AG et responsable du chantier du nouveau sentier des berges de Richterswil à Wädenswil.

Sur le chantier de Wädenswil, canot et gilet de sauvetage sont indispensables. En raison des voies de chemin de fer longeant directement le futur sentier des berges, de nombreux travaux doivent être effectués depuis le lac. La dense végétation de la rive a été enlevée à l’aide de pelles mécaniques, chargée sur des canots et éliminée. La berge est désormais prête à accueillir une passerelle pour piétons.

Les pieux battus ont été mis en place et il reste à y fixer la passerelle métallique. Le semi-remorque à plate-forme surbaissée s’approche de la rive pour décharger. L’équipe de construction métallique dirigée par le monteur en chef Ferdinando Defrancisci effectuera le montage avec l’équipe de Guido Rüetschi. La place à disposition sur la rive est limitée. Mais le conducteur de la pelle connaît son métier et décharge les éléments de passerelle dans le bon ordre sur le ponton.

« Ici, chacun met la main à la pâte », raconte Guido. « Nous autres de la division construction hydraulique sommes une équipe bien rodée et travaillons ensemble, pour certains, depuis plus de 12 ans. » Avec les constructeurs métalliques, la pelle et les éléments métalliques, l’équipe sur le ponton se dirige vers le lieu de montage, quelques centaines de mètres à l’aval.

En quelques manœuvres précises, Pit met le ponton en position. Dès que la plate-forme flottante est solidement amarrée, les constructeurs métalliques interviennent. Deux d’entre eux sautent sur un petit radeau fixé aux pieux devant le ponton.

Ferdinando dirige le conducteur de la pelle. Celui-ci soulève avec sa machine le premier élément de 3 tonnes et le met en position juste au-dessus du sol. Pit se prépare à le recevoir avec les étais métalliques, les boulons et outils nécessaires. A son signal, la pelle soulève l’élément métallique et l’approche de l’équipe sur le radeau, puis l’abaisse lentement sur les pieux. A l’aide d’impressionnants outils, l’équipe du radeau fixe l’élément sur les pieux.

Dix mètres de passerelle viennent ainsi d’être mis en place. Une belle performance !

(Die Textwerkstatt | B. Magazin | Inter-Translation SA)