L’entretien des routes gravelées est onéreux

Christian Ryffel est chef de la voirie et responsable, avec son équipe de 35 personnes, de l’exploitation et de l’entretien de 275 kilomètres de routes, allant de l’autoroute à quatre voies à la simple route gravelée.

La route cantonale de la vallée du Safiental est constituée aux deux tiers d’une route gravelée – autrement dit, sans revêtement. En hiver, mon équipe y assure principalement le déneigement. En été, il s’agit de remettre en état les tronçons gravelés après un orage ou une forte averse.

Chaque année, 1000 mètres cubes de gravier sont épandus sur les tronçons gravelés. En raison du déneigement, ce gravier finit dans les prés. Chaque printemps, nous devons par conséquent nettoyer les prés des graviers. Cela prend trois semaines à notre équipe de jardiniers.

La route de la vallée du Safiental est goudronnée par étapes. En fonction du nombre d’ouvrages d’art nécessaires, cela représente 200 à 300 mètres par an. Ces travaux sont onéreux et atteignent facilement plusieurs millions. C’est la raison pour laquelle la route est provisoirement dotée d’un revêtement à moindre coût. Ainsi, elle ne devient pas poussiéreuse en été et ne doit plus être gravillonnée en hiver.

(Die Textwerkstatt | B. Magazin | Inter-Translation SA)