Rencontre avec B. Feuz, star du ski, à Wengen

Rencontre avec B. Feuz, star du ski, à Wengen

Deux maçonnes, dix-huit maçons et trois constructeurs de route ont encouragé Beat Feuz sur sa piste préférée de Wengen. Au Lauberhorn, le sportif a remporté la deuxième place, avec seulement quatorze centièmes de différence avec le vainqueur. Les vingt-trois apprentis du secteur principal de la construction ont salué cette performance à grand renfort d'applaudissements lors du Meet & Greet qui a suivi la compétition.

Toujours en contact avec ses racines
«Le travail sur les chantiers et le ski sont deux activités essentielles à mes yeux. Les chantiers ont été une véritable école de la vie pour moi, dont je profite encore aujourd'hui et sans laquelle je ne connaîtrais certainement pas la même réussite sportive. C'est un honneur pour moi d'assumer ce rôle d'ambassadeur vis-à-vis de la jeunesse et de mettre en valeur toute la diversité des métiers de la construction», explique le skieur Beat Feuz.
Beat Feux incarne les traits de caractère qui sont très répandus dans le secteur principal de la construction: pragmatisme, sincérité et fiabilité. Ce sont les trois qualités attendues aussi des apprentis. Ceux-ci parlent avec modestie de votre travail, des défis des grands chantiers et du souhait de pouvoir rester chez leur employeur après avoir décroché leur diplôme de fin d'études.

Plus qu'entasser des pierres
Peut-être Beat Feuz a-t-il transposé dans son entraînement sportif ses ambitions de succès et la discipline requise de son apprentissage en tant que maçon? Les jeunes apprentis en sont convaincus, car ils partagent le même humour et la même ambition que la star du ski.


Nolween Lambelet raconte avec passion qu'elle compte commencer sa formation de contremaîtresse. La jeune maçonne se réjouit de pouvoir diriger une équipe de collègue. Plus tard, elle compte entamer des études d'architecte.


D'autres apprentis exposent leurs ambitions: «Mon dernier cours en halle commence cette semaine. Nous allons effectuer un examen blanc et obtenir ainsi une estimation des points que nous devons encore travailler», raconte Björn Vogel, du canton de Saint-Gall. Il a lui aussi transféré ses ambitions professionnelles dans le domaine sportif. A l'occasion des championnats d'Europe de cycle ball, il a remporté la médaille de bronze au sein de l'équipe suisse. 


Tous les apprentis considèrent les excellentes possibilités de formation complémentaire comme une perspective motivante. Mais la maçonnerie nécessite de savoir plus que d'entasser des pierres. Les trois constructeurs de route considèrent aussi une carrière dans la construction comme un objectif réaliste.

Exigences physiques et mentales
Travailler sur les bâtiments et les routes est physiquement exigeant. Outre le travail avec les matières premières, les appareils techniques allègent les tâches les plus épuisantes. Les apprentis doivent donc rester vigilants: le moindre faux pas est risqué. L'apprentissage dans le secteur principal de la construction n'est pas une voie facile: les mathématiques et l'imagination spatiales sont des qualités déterminantes. L'activité quotidienne nécessite de réfléchir à chaque action.