1

Une tranchée couverte en Valais

Il gèle à pierre fendre, ce matin d’hiver à Tourtemagne, en rive gauche de la Vallée du Rhône. Malgré le froid, les travaux avancent – l’un des chantiers autoroutiers les plus grands et les plus complexes ne s’arrête pas pour si peu.

Le prolongement de l’A9 sur 31,8 kilomètres reliera, à l’avenir, le Haut-Valais au Bas-Valais. Un tronçon de ce projet de plusieurs millions est la tranchée couverte de Tourtemagne. D’un peu à l’ouest de la rivière Turtmänna jusqu’à l’est de la gare de Tourtemagne, les automobilistes rouleront un étage plus bas. Cette tranchée couverte de 1350 mètres de longueur comprend deux tubes à sens unique. Les entrées est et ouest ont déjà été réalisées en 2005, le tronçon entre les deux est subdivisé en six fouilles. Les travaux avancent à plein régime.

Ivo Brantschen est le contremaître du consortium ; il est sur place depuis le début des travaux. « La tranchée couverte de Tourtemagne est un projet passionnant – on ne construit probablement une autoroute qu’une fois dans sa vie », estime ce maçon de formation. Un projet passionnant, mas pas toujours simple : depuis le début des travaux, il a fallu procéder à plusieurs modifications. A côté des difficultés géologiques, il s’agissait aussi de s’adapter aux prescriptions et aux normes, qui avaient évolué au fil des ans. Grand chantier – nombreux défis !

Les travaux avancent bien : « Le béton de propreté est coulé par étapes de 12,5 mètres. Après cela, on coule le radier – autrement dit, le sol de la tranchée couverte –, le mur central et la dalle de couverture, puis la couverture de la gaine technique. Pour cela, il nous faut une semaine », explique le contremaître Brantschen.

(Die Textwerkstatt | B. Magazin | Inter-Translation SA)

Faits et chiffres

Durée des travaux de génie civil
2004 à 2014

Mise en place des équipements techniques
2015 à 2016

Longueur de la tranchée couverte
1350 mètres

Largeur
10,2 par tube

Hauteur libre
au moins 4,5 mètres