Chantier sur l'A1

Les travaux préparatoires pour l’élargissement à six voies du tronçon de 9,3 kilomètres entre Härkingen et Wiggertal ont commencé – travail par équipes sur l’A1.

Toute l’équipe s’est réunie sur le pont près de Härkingen qui enjambe l’A1. La barrière métallique a déjà été enlevée dans une gerbe d’étincelles. La grue sur pneus d’une capacité de 300 tonnes est prête à intervenir. Sur le pont, les découpes effectuées précédemment sont nettement visibles. Les sept sections du pont, chacune d’un poids d’environ 30 tonnes, doivent être déposées par la grue sur une remorque surbaissée. La tension est palpable : tout se déroulera-t-il comme prévu ? Les différentes sections du pont ne vont-elles pas se coincer ? L’horaire prévu pourra-t-il être tenu ?

A 21 heures pile, les choses commencent à bouger. Le bras de la grue se positionne au-dessus du pont, deux personnes réceptionnent les chaînes grosses comme le bras et les font passer à travers les trous percés dans le radier. Sur l’échafaudage placé sous le pont, une deuxième équipe relie les extrémités des chaînes. Le bras de la grue fléchit, les chaînes se tendent. Lentement, très lentement, la première section de 30 tonnes du pont est soulevée. Pas de coincement, pas de manœuvre imprévue.

Loin au-dessus de l’A1, l’imposante pièce de béton est amenée en direction de la semi-remorque surbaissée. La prochaine équipe réceptionne le chargement et le fixe solidement sur la semi-remorque. Sans plus attendre, celle-ci part en direction de la gravière. Puis c’est le tour de la deuxième section du pont, puis de la troisième. Le soulagement est perceptible, chez les responsables de l’opération : malgré la réduction sur une voie dans chaque sens, la circulation reste fluide sous le pont provisoire.

(Die Textwerkstatt | B. Magazin | Inter-Translation SA)